Auteurs : 13 méthodes pour écrire plus, plus rapidement et être plus productif ; ou comment réussir le NaNoWriMo


Cet article est un article invité, d’Olivier Morel, du blog
http://publiersonlivre.fr, dédié à la promotion de son livre.

« Ecrire 5 000 mots par heure », tel est le saint graal promis par de nombreux blogueurs ou coachs américains à leurs clients. Ceux qui écrivent de manière intensive ou ont déjà achevé un roman savent à quel point cet objectif est ambitieux. Loin de vouloir prétendre à de tels résultats, j’ai développé un certain nombre de méthodes, qui permettent d’écrire plus rapidement.

Sur mon blog de conseils pour promouvoir son livre, je reçois très régulièrement des e-mails d’auteurs qui me disent que leur souci principal est « le manque de temps ». Sous-entendu, « si j’écrivais plus vite, j’aurais plus de temps, donc in fine, j’écrirais plus ».

Je suis convaincu depuis longtemps que le secret pour écrire plus rapidement repose sur deux grands ensembles : la discipline et la motivation. Passons en revue 13 méthodes, qui devraient vous aider à accélérer.

  1. Planifier son temps d’écriture
    Je vois souvent une contradiction dans la manière dont les auteurs placent l’écriture dans leur vie : alors que l’écriture d’un livre est un objectif qu’ils ont chevillé au corps et qui contribue à donner du sens à leur vie, trop d’auteurs laissent l’écriture pour les moments libres dans leurs agendas, et là planifie en dernier. Pourtant, l’écriture ne doit pas passer en dernier. Dans votre agenda, les plages d’écriture doivent être prioritaires, fixées à l’avance, et ne peuvent être déplacées que sous certains prétextes importants (santé, famille …).Supprimer sa séance d’écriture parce que l’on a envie de se promener ou parce qu’une amie propose de vous téléphoner est une mauvaise pratique. L’auteur productif doit faire preuve de rigueur et respecter l’agenda qu’il s’est fixé. Oui, parfois ce sera difficile, mais c’est cette détermination, comme la désigne Bernard Werber dans son article de conseil aux écrivains.
  2. Eviter toute distraction
    Un des ennemis les plus féroces de l’auteur est la distraction. Un petit coup d’œil aux journaux en ligne, une réponse à un e-mail qui vient de tomber, un appel impromptu … et la séance d’écriture est interrompue plusieurs fois, et finalement raccourcie.Lorsque l’on démarre sa séance d’écriture, il faut fermer tous les onglets de son navigateur internet, placer son téléphone sur silencieux dans une autre pièce. Bref, il faut s’isoler et être entièrement à ce que l’on fait. Souvenez-vous quand vous étiez étudiant et que vous deviez absolument réviser un examen. Vous saviez alors vous concentrer pleinement.De même, il faut savoir évacuer toutes pensées ou idées qui distraient notre esprit et nous éloignent de notre livre. Si vous avez besoin d’une séance de méditation avant de vous mettre à écrire, faites-le !
  3. Apprendre des techniques pour écrire plus vite au clavier
    Pour améliorer sa vitesse d’écriture au clavier, plusieurs choses sont importantes :• Taper sans regarder son clavier. C’est assez facile avec quelques heures d’entrainement. La plupart des auteurs maîtrisent déjà cette technique
    • Changer de clavier, pour un clavier optimisé. Sur les claviers comme http://bepo.fr/wiki/Accueil, les lettres les plus fréquentes sont placées sur la rangée de repos, les voyelles sont sous la main gauche, pour augmenter l’alternance des mains, les () {} «» [] <> “” ‘’ sont placés à côté par paires, pour les taper plus rapidement.
    • L’utilisation permanente d’une souris est absolument indispensable. Le touch pad des ordinateurs permettant de gérer le pointeur est toujours moins précis et moins maniable que la souris. Toutes les études de productivités ont prouvé que la souris était l’outil le plus rapide.
  4. Organiser son temps d’écriture
    Ça y est, vous êtes assis à votre table, prêts à travailler. Vous allez démarrer. Mais par quoi ? Quel est le but de la séance d’aujourd’hui ?Essayer d’écrire son livre d’une traite de A à Z est un objectif irréalisable. Tous les auteurs passent par un brouillon, raturent des notes et recommencent. Je recommande d’avoir toujours un carnet sur soi, dans lequel on note tout ce qui nous passe par la tête. C’est un premier travail, qui permet d’aborder chaque séance d’écriture avec quelque chose de concret à ajouter à son manuscrit.
  5. Utiliser le bon outil pour rédiger
    Les performances réalisées par les auteurs avec les outils d’écriture sont très personnelles, et il est difficile de tirer une règle générale. Il est possible de consulter un comparatif des outils d’écriture sur le blog publier son livre.Personnellement, j’utilise toujours Word, dont la simplicité me convient. Les codes couleurs sont simples à utiliser, la mise en page est « grandeur nature », c’est-à-dire fidèle au rendu du livre, le système de notes de bas de page est efficace, et les fichiers sont très légers.A vous d’essayer les outils et de choisir le vôtre.
  6. Structurer le plus précisément possible, pour écrire plus vite
    Une des leçons que beaucoup d’auteurs tirent du NaNoWriMo, est qu’une histoire a une structure, et que si l’on commence par construire cette structure, alors la rédaction va beaucoup plus rapidement. Il faut apprendre ce que sont les scènes et les plans, dans des livres d’écriture, ou dans des ateliers spécialisés.
  7. Faire des pauses fréquentes
    Plusieurs études de recherche scientifique ont prouvé que le temps maximal de travail à haute concentration était de 50 minutes. Cela signifie qu’après une séance d’écriture de 50 minutes, il est nécessaire de faire une pause de 10 minutes.Mais attention, une pause ce n’est pas d’aller surfer sur d’autres sites ou d’écrire un e-mail. Pour pause efficace est une pause active : on se lève de sa chaise, on pratique une activité manuelle physique, on se change de l’écran et on se vide la tête. Une pause n’a pas besoin d’être longue, mais elle doit être intense.
  8. Avoir un objectif à chaque session d’écriture et être attentif à l’heure
    Il faut se fixer un objectif chiffré à chaque séance d’écriture. Que ce soit 1000 mots, une page, finir le brouillon du chapitre, finir une partie de l’intrigue, il faut fixé quelque chose de concret. Trop d’auteurs rêvassent sur leur manuscrit, et ne sont pas concentrés sur l’objectif.Seuls les objectifs concrets peuvent motiver suffisamment.
  9. S’alimenter comme un champion
    Voilà un conseil que l’on lit rarement, et pourtant, j’y crois beaucoup. Ecrire de manière productive est un effort intense. Cela consomme de l’énergie. Pour être au top, il faut s’alimenter correctement et énergétiquement avant et après l’effort.Voyez votre séance d’écriture comme une séance de sport intellectuel, et consommez des boissons énergétiques et barres céréalières.
  10. Avoir une routine et des habitudes
    Il est plus facile de s’astreindre et de respecter les séances d’écriture, lorsque celles-ci deviennent une routine. Les activités routinières mettent notre esprit de distraction en sommeil, et il nous semble absolument évident de respecter l’activité fixée.
  11. Se récompenser
    Il est plus facile de se motiver lorsque l’on se promet une récompense. Cela peut-être une gourmandise après chaque séance, ou un petit cadeau que l’on s’offre après avoir achevé son manuscrit. L’essentiel est de trouver ce qui nous fait avancer et nous motive.
  12. Faire en sorte que l’on attende de vous un résultat
    Les auteurs qui ont des lecteurs qui les suivent sur Facebook ou sur leur blog sont plus enclins à se motiver. Pourquoi ? Parce qu’ils ont prévenu leurs fans qu’ils préparaient un nouveau livre, et ceux-ci attendent ! Si vous vous essayez à cette technique, vous recevrez très vite des commentaires ou e-mails de lecteurs qui vous demanderont de les tenir au courant de votre avancée. Cela aide à terminer son livre, garantie !L’autre méthode, c’est d’informer les lecteurs de chacun de vous sous-objectifs : chapitre à terminer, relecture à faire. Je vous garantit que ce partage des micro-objectifs vous obligera à avancer.
  13. Mettre de côté ce qui ne vous passionne pas
    On ne fait bien que ce qui nous passionne vraiment, c’est la clé des auteurs qui réussissent. L’auteur doit fuir à tout prix la procrastination, et pour cela, il doit savoir mettre de côté ce qu’il ne « sent pas bien ». Un passage sur lequel vous trainez ? Une recherche d’information qui n’en finit pas ? Un chapitre dont vous repoussez toujours la rédaction ?C’est le signe que cette partie ne vous passionne pas. Dans ce cas, la solution la plus efficace est de changer le sujet ou l’histoire, et de réécrire quelque chose avec lequel vous êtes plus à l’aise.

Pour plus d’information sur NaNoWriMo, rendez-vous sur ce site.

Un maximum de formats

Si vous vous auto-éditez, vous avez une chance unique de profiter de tous les formats de publications disponibles à portée de main.

La majorité des livres publiés de nos jours le sont au format imprimé et numérique. Il est très commun de trouver les nouveaux best-sellers débuter en couverture rigide, puis quelques mois plus tard en couverture souple et encore plus tard en livre de poche. Pendant ce temps, l’eBook aura été mis à disposition sur les sites de vente en ligne.

Bizarrement cette tendance n’a pas encore été intégrée dans le monde de l’auto-édition malgré le fait que créer un livre dans tous les types de format est étonnamment facile. En réalité, la facilité avec laquelle vous pouvez prendre un livre auto-édité que vous avez déjà créé et le publier sous différents formats pourrait vous surprendre.

Voici pourquoi : une fois que vous avez créé un livre et avez créé les fichiers de l’intérieur et de la couverture, vous avez réalisé 90 % du travail pour toutes versions supplémentaires que vous aimeriez créer. Le vrai défi de faire la mise en forme, la présentation, le design de la couverture, l’édition, la relecture et les révisions est déjà accompli. Tout ce qu’il vous reste à faire, c’est de faire quelques mises à jour et créer des projets nouveaux avant de les publier !

Livre papier

Les auteurs auto-édités préfèrent souvent le livre à couverture souple. La majorité des livres sont créés au format Roman (15,24 x 22,86 cm). Si vous avez opté pour ce format ou le format Lettre US, créer un livre à couverture souple sur Lulu.com sera très simple !

Pour créer un livre à couverture rigide, suivez les instructions suivantes :

  1. Ajustez la taille de page, si besoin – Assurez-vous de définir la taille de page pour correspondre à la taille du livre. Lulu offre en couverture rigide la taille Roman (15,24 x 22,86 cm) avec ou sans jaquette et la taille Lettre US (20,95 x 27,30 cm) sans jaquette.
    **Si votre livre à couverture souple est au format Roman ou Lettre US, vous n’avez pas besoin de redimensionner votre fichier intérieur pour faire un livre à couverture rigide.
  2. Mettez à jour la page copyright – votre nouveau format va requérir son propre ISBN. Il faut donc mettre à jour la page copyright avec ce nouveau numéro.
  3. Mettez à jour la couverture – Les livres à couverture rigide ont des marges et bords perdus différents pour la couverture. Si vous souhaitez utiliser la même couverture une pièce ou les mêmes images pour la première et quatrième de couverture que pour le livre à couverture souple, vous devrez ajuster le(s) fichier(s) de la couverture pour incorporer ces changements. De plus, n’oubliez pas de changer le code-barres avec le nouvel ISBN.
eBook

Les eBooks n’ont pas enterré les livres papiers contrairement à ce que certains prédisaient il y a quelques années. À la place, l’eBook s’est installé dans le marché en tant que compagnon du livre imprimé. Un eBook est un moyen facile d’offrir plusieurs options à vos lecteurs et si facile à publier que vous devriez en profiter et en créer un.

Pour créer un eBook, suivez les instructions suivantes :

  1. Ouvrez votre document dans MS Word.
  2. Sélectionnez le contenu et effacez la mise en forme en cliquant sur Effacer la mise en forme dans le groupe Police de l’onglet Accueil.
  3. Mettez à jour la page Copyright pour insérer le nouvel ISBN.
  4. Assurez-vous que le titre est placé sur la première ligne de votre document.
  5. Appliquez le style de texte Titre 1 au titre, copyright, dédicace et toutes autres sections liminaires.
  6. Appliquez le style de texte Titre 2 aux titres de chapitre.
  7. Supprimez les en-têtes, pieds de page et les zones de texte.
  8. Alignez les images sur le texte et positionnez-les à gauche.

La couverture de votre eBook (image marketing) peut être la même que celle de votre livre imprimé. Mais n’utilisez que la première de couverture et redimensionnez-la pour correspondre aux exigences de l’eBook.

Voici les instructions détaillées

La diversité est extrêmement importante pour vendre votre livre, en ligne et en personne. Pensez-y de cette manière : vous ne passerez plus jamais à côté d’une vente parce que l’acheteur n’a pas la patience d’attendre la livraison. Ils peuvent acheter la version numérique ! Et un lecteur qui adore les livres à couverture rigide et est prêt à dépenser un peu plus pourra réaliser son souhait.

Mieux encore, créer des formats multiples est gratuit et ne demande qu’un investissement minimal de temps et d’effort.

N’attendez pas ! Exposez votre livre au public sous tous les formats disponibles sur Lulu.com.

Comment surmonter la leucosélophobie

Qu’est-ce que la leucosélophobie ? Dites docteur, cela a l’air d’être une maladie grave, non ? Il s’agit en fait d’une peur que tous les auteurs redoutent : l’angoisse ou la panne de la page blanche (writer’s block en anglais). C’est plutôt un blocage qu’une peur. Quoique c’est effrayant en tant qu’écrivain de ne pas trouver les mots de son prochain livre. (Certains d’entre nous se rappellent sûrement de Jack Torrance dans le film « The Shining » !)

Définition trouvée sur l’Internaute :

Leucosélophobie, nom féminin :
Crainte qu’éprouve un écrivain de ne pas trouver l’inspiration au moment de commencer ou de poursuivre une œuvre. Aussi connue sous l’angoisse de la page blanche, le blocage de l’écrivain ou la panne d’inspiration.

La racine leuco fait référence à la couleur de la page, elle-même désignée par la particule sélo. Continuer la lecture de « Comment surmonter la leucosélophobie »

8 astuces pour tenir vos bonnes résolutions pour 2017

Certaines personnes ont probablement réalisé maintenant que leurs bonnes résolutions prises pour 2016 étaient un peu trop ambitieuses. Si c’est votre cas, vous n’êtes pas seul. En moyenne, seulement 8 % des gens qui prennent des bonnes résolutions pour la nouvelle année les tiennent et réussissent à atteindre leurs buts. Pourtant, avec de la volonté et un peu d’encouragement, vous pouvez vous retrouver à la fin de l’année parmi les 8 % des gens les plus déterminés.

Nous vous proposons huit astuces pour tenir vos résolutions d’écrivain toute l’année : Continuer la lecture de « 8 astuces pour tenir vos bonnes résolutions pour 2017 »

Faites-en une affaire personnelle avec un carnet personnalisé

journalUn cahier peut servir de carnet, mais un carnet peut-il servir de cahier ? Sont-ils interchangeables ? Après tout, ils sont tous les deux constitués d’un paquet de feuilles reliées ensemble. Quelle est la différence ?

Selon moi, la différence réside dans notre intention d’action.

Quand j’achète un cahier, c’est habituellement pour une classe ou un séminaire. Par contre, avec un carnet ou un journal, j’ai l’intention de recueillir des choses précises – comme mes pensées quotidiennes, mes aspirations, mes expériences de voyage, les détails de mes exercices, mes habitudes alimentaires, mes rêves et buts, mes tâches à accomplir, les idées pour mon prochain livre, ma bucket list, etc. Continuer la lecture de « Faites-en une affaire personnelle avec un carnet personnalisé »