Search Results: ''

Search

×
×
×
×
3 results for ""
Les fables affables. By michel hallet
Paperback: $7.04
Ships in 3-5 business days
Ces textes, par les animaux, nous montrent le vilain travers des humains. Il y aurait tant à dire qu’une vie ne suffirait à me pourrir la vie à écrire de... More > ceux-ci. Seuls quelques traits de caractère sont donc dépeints dans ces quelques fables qui vous sont ici contées. Le recueil s’enrichira dans le temps au gré des inspirations. Malheureusement ce ne sera un remède, le mal est bien ancré.< Less
le silence des nuits noires By michel hallet
Paperback: $6.97
Ships in 3-5 business days
Tous ces textes racontent un bout de mon histoire, de l’histoire de papa et de maman et des douleurs de leur absence. Un soir…un matin peut-être, la fin d’un destin change... More > le regard sur la fin …la fin des autres jusqu’à une autre fin… Après ce jour, plus rien ne sera plus pareil, plus rien ne sera comme avant, une grande claque dans la gueule réveille la conscience. Il y a toujours une fin, toujours…une fin.< Less
On a tous des yeux pour regarder. By michel hallet
Paperback: $21.85
Ships in 3-5 business days
Notre comportement a une influence sur celui des autres et voir, quelque fois sans que nous nous en rendions compte, il peut être la conséquence de dégradations psychiques qui... More > conduisent aux pires dénouements. Certain que chacun d’entre nous n’est pas responsable de tous les mots du monde, mais notre apathie, le mot est bien faible, et notre orgueil à vouloir trop exister, laissent sur d’autres des traces souvent irréversibles. Quand une personne met fin à ses jours, il n’y a souvent pas qu’un seul responsable, mais quelque fois une multitude qui font que le poids de l’indécence à vivre est bien trop lourd à supporter, et souvent il aurait fallu sans doute peu de chose. Regardez autour de nous, il y a des gens qui souffrent de nos comportements et pire, il y a aussi des rapaces aux serres bien plus affûtées que les nôtres qui les broient pour presque le plaisir d’exister. Il suffirait de regarder au lieu de voir, derrière les volets clos, traînent plein de joies… et de misères.< Less