Author Spotlight
Vitrine de Gérard Rodriguez
MON ALGÉRIE PERDUE À JAMAIS.Mes jours heureux à Bône. 1949-1962.Un Pied-Noir raconte son déchirement. By Gérard Rodriguez
Paperback: $21.61
Prints in 3-5 business days
À travers mes souvenirs d’enfant, je raconte mes jours heureux, le petit enfant que j’étais retrouve sa vie de tous les jours à Bône Algérie, les... More > jours qui s’écoulent. Au rythme de la chasse à Sidi Djemil, de la pêche au lever de l’Aurore, les réveillons de noël et jour de l’an, ma communion à l’église St-Thérèse. Les rameaux à l’église St-Anne, les gâteaux de pâques de ma maman, la macaronade dans les montagnes avec ces femmes aux parfums de Henné.les soirées de brochettes, l’école, les jeux, les promenades les soirs d’été à St Cloud, les calèches du cour Bertagna, le mariage de Yvette et Roger etc. Et puis Après 1962 ce ne furent plus les jours heureux. Je vous raconte la galère ou dans cette terre étrangère de France, au milieu de haine et mépris, pour survivre, je devins un voleur, et ou ma Maman, prit le nom de Mère Courage. Enfin je raconte mon retour à Bône après 47 années, ou je retrouve mes jours heureux. Mes senteurs de Henné et mes youyou, Gérard. Rodriguez< Less
Que la Seybouse était belle. Bône. Algérie Récit de la vie Bônoise. By Gérard Rodriguez
Paperback: $17.76
Prints in 3-5 business days
Le lundi 17 Août 1959 en Algérie à Bône au 12 rue du Docteur Mestre, nous nous préparons à enterrer Cyprien Palomino mort à l’âge de 91 ans.... More > Avec nos mots, nos conversations bon enfant, un peu et beaucoup d’exagération, nos gestes, la mort de Pépé sera l’occasion de nous rappeler que nous les Bônois savons rire de nous. Cyprien Palomino que tout le monde appelle Pépé a été toute sa vie amateur de belles femmes. En ce jour viennent une dernière fois le pleurer tous ses amis et amies.C’est pour chacun et chacune de tenter de consoler sa femme Augustina et de savoir quel est ce secret, que Pépé a tenté de cacher toute sa vie. Au milieu des conversations pleines de larmes, sincères, hypocrites, drôles, les langues se délient. La chaleur du mois d'Août n’arrive pas à faire taire tout ce beau monde qui après bien béni Cyprien et le voisinage ira alors conduire sereinement au cimetière le Pépé. Ce cher Cyprien.< Less
Quand Bône s’appelait La Coquette. La vie Bônoise. Algérie. By Gérard Rodriguez
Paperback: $21.88
Prints in 3-5 business days
À Bône la coquette, il est une société dont le rire, le franc parlé, la gestuelle, l’exagération, les mots ont fait la réputation de la ville.... More > Bône la coquette va vivre sa vie. Avec la famille Migliazzo Boulevard de Strasboug. Dans L’épicerie de Madame Cutayar. À la kermesse du Quartier le dimanche. Au défilé du 14 juillet sur le cour Bertagna. À La messe du dimanche à L’Église St-Thérèse ou les grenouilles de bénitier vont …. Avec tata Odette lors d’un drame dans le passage Savino….les Bônois Bônoises vont vivrent leurs vies. Et quand le Samedi 15 Août 1959 au grand soulagement de ses parents a lieu l’évènement de l’année Le mariage de……avec ?,la colonne se retrouve à la salle Borg pour fêter, manger, boire et critiquer. Car en ces années là, c’est les jours heureux à Bône la coquette.< Less